Produit N°6073 - Yohann closing affiliation

Yohann closing affiliation


Créez votre QR CODE Affiliation SystemeIO

Loisirs :: J'accuse de Emile Zola Lettre à M. Félix Faure, Président de la République Monsieur le Président, Me permettez-vous, dans ma gratitude pour le bienveillant accueil que vous m’avez fait un jour, d’avoir le souci de votre juste gloire et de vous dire que votre étoile, si heureuse jusqu’ici, est menacée de la plus honteuse, de la plus ineffaçable des taches ? Vous êtes sorti sain et sauf des basses calomnies, vous avez conquis les coeurs. Vous apparaissez rayonnant dans l’apothéose de cette fête patriotique que l’alliance russe a été pour la France, et vous vous préparez à présider au solennel triomphe de notre Exposition Universelle, qui couronnera notre grand siècle de travail, de vérité et de liberté. Mais quelle tache de boue sur votre nom - j’allais dire sur votre règne - que cette abominable affaire Dreyfus ! Un conseil de guerre vient, par ordre, d’oser acquitter un Esterhazy, soufflet suprême à toute vérité, à toute justice. Et c’est fini, la France a sur la joue cette souillure, l’histoire écrira que c’est sous votre présidence qu’un tel crime social a pu être commis. Puisqu’ils ont osé, j’oserai aussi, moi. La vérité, je la dirai, car j’ai promis de la dire, si la justice, régulièrement saisie, ne la faisait pas, pleine et entière. Mon devoir est de parler, je ne veux pas être complice. Mes nuits seraient hantées par le spectre de l’innocent qui expie là-bas, dans la plus affreuse des tortures, un crime qu’il n’a pas commis. Et c’est à vous, monsieur le Président, que je la crierai, cette vérité, de toute la force de ma révolte d’honnête homme. Pour votre honneur, je suis convaincu que vous l’ignorez. Et à qui donc dénoncerai-je la tourbe malfaisante des vrais coupables, si ce n’est à vous, le premier magistrat du pays ? La vérité d’abord sur le procès et sur la condamnation de Dreyfus. Un homme néfaste a tout mené, a tout fait, c’est le lieutenant-colonel du Paty de Clam, alors simple commandant. Il est l’affaire Dreyfus tout entière; on ne la connaîtra que lorsqu’une enquête loyale aura établi nettement ses actes et ses responsabilités. Il apparaît comme l’esprit le plus fumeux, le plus compliqué, hanté d’intrigues romanesques, se complaisant aux moyens des romans-feuilletons, les papiers volés, les lettres anonymes, les rendez-vous dans les endroits déserts, les femmes mystérieuses qui colportent, de nuit, des preuves accablantes. C’est lui qui imagina de dicter le bordereau à Dreyfus; c’est lui qui rêva de l’étudier dans une pièce entièrement revêtue de glaces; c’est lui que le commandant Forzinetti nous représente armé d’une lanterne sourde, voulant se faire introduire près de l’accusé endormi, pour projeter sur son visage un brusque flot de lumière et surprendre ainsi son crime, dans l’émoi du réveil. Et je n’ai pas à tout dire, qu’on cherche, on trouvera. Je déclare simplement que le commandant du Paty de Clam, chargé d’instruire l’affaire Dreyfus, comme officier judiciaire, est, dans l’ordre des dates et des responsabilités, le premier coupable de l’effroyable erreur judiciaire qui a été commise. Le bordereau était depuis quelque temps déjà entre les mains du colonel Sandherr, directeur du bureau des renseignements, mort depuis de paralysie générale. Des «fuites» avaient lieu, des papiers disparaissaient, comme il en disparaît aujourd’hui encore; et l’auteur du bordereau était recherché, lorsqu’un a priori se fit peu à peu que cet auteur ne pouvait être qu’un officier de l’état-major, et un officier d’artillerie: double erreur manifeste, qui montre avec quel esprit superficiel on avait étudié ce bordereau, car un examen raisonné démontre qu’il ne pouvait s’agir que d’un officier de troupe. On cherchait donc dans la maison, on examinait les écritures, c’était comme une affaire de famille, un traître à surprendre dans les bureaux mêmes, pour l’en expulser. Et, sans que je veuille refaire ici une histoire connue en partie, le commandant du Paty de Clam entre en scène, dès qu’un premier soupçon tombe sur Dreyfus. A partir de ce moment, c’est lui qui a inventé Dreyfus, l’affaire devient son affaire, il se fait fort de confondre le traître, de l’amener à des aveux complets. Il y a bien le ministre de la Guerre, le général Mercier, dont l’intelligence semble médiocre ; il y a bien le chef de l’état-major, le général de Boisdeffre, qui paraît avoir cédé à sa passion cléricale, et le sous-chef de l’état-major, le général Gonse, dont la conscience a pu s’accommoder de beaucoup de choses. Mais, au fond, il n’y a d’abord que le commandant du Paty de Clam, qui les mène tous, qui les hypnotise, car il s’occupe aussi de spiritisme, d’occultisme, il converse avec les esprits. On ne saurait concevoir les expériences auxquelles il a soumis le malheureux Dreyfus, les pièges dans lesquels il a voulu le faire tomber, les enquêtes folles, les imaginations monstrueuses, toute une démence torturante. Ah ! cette première affaire, elle est un cauchemar, pour qui la connaît dans ses détails vrais ! Le commandant du Paty de Clam arrête Dreyfus, le met au secret. Il court chez madame Dreyfus, la terrorise, lui dit que, si elle parle, son mari est perdu. Pendant ce temps, le malheureux s’arrachait la chair, hurlait son innocence. Et l’instruction a été faite ainsi, comme dans une chronique du XVe siècle, au milieu du mystère, avec une complication d’expédients farouches, tout cela basé sur une seule charge enfantine, ce bordereau imbécile, qui n’était pas seulement une trahison vulgaire, qui était aussi la plus impudente des escroqueries, car les fameux secrets livrés se trouvaient presque tous sans valeur. Si j’insiste, c’est que l’oeuf est ici, d’où va sortir plus tard le vrai crime, l’épouvantable déni de justice dont la France est malade. Je voudrais faire toucher du doigt comment l’erreur judiciaire a pu être possible, comment elle est née des machinations du commandant du Paty de Clam, comment le général Mercier, les généraux de Boisdeffre et Gonse ont pu s’y laisser prendre, engager peu à peu leur responsabilité dans cette erreur, qu’ils ont cru devoir, plus tard, imposer comme la vérité sainte, une vérité qui ne se discute même pas. Au début, il n’y a donc, de leur part, que de l’incurie et de l’inintelligence. Tout au plus, les sent-on céder aux passions religieuses du milieu et aux préjugés de l’esprit de corps. Ils ont laissé faire la sottise. Mais voici Dreyfus devant le conseil de guerre. Le huis clos le plus absolu est exigé. Un traître aurait ouvert la frontière à l’ennemi pour conduire l’empereur allemand jusqu’à Notre-Dame, qu’on ne prendrait pas des mesures de silence et de mystère plus étroites. La nation est frappée de stupeur, on chuchote des faits terribles, de ces trahisons monstrueuses qui indignent l’Histoire ; et naturellement la nation s’incline. Il n’y a pas de châtiment assez sévère, elle applaudira à la dégradation publique, elle voudra que le coupable reste sur son rocher d’infamie, dévoré par le remords. Est-ce donc vrai, les choses indicibles, les choses dangereuses, capables de mettre l’Europe en flammes, qu’on a dû enterrer soigneusement derrière ce huis clos? Non! il n’y a eu, derrière, que les imaginations romanesques et démentes du commandant du Paty de Clam. Tout cela n’a été fait que pour cacher le plus saugrenu des romans-feuilletons. Et il suffit, pour s’en assurer, d’étudier attentivement l’acte d’accusation, lu devant le conseil de guerre. Ah! le néant de cet acte d’accusation ! Qu’un homme ait pu être condamné sur cet acte, c’est un prodige d’iniquité. Je défie les honnêtes gens de le lire, sans que leur coeurs bondisse d’indignation et crie leur révolte, en pensant à l’expiation démesurée, là-bas, à l’île du Diable. Dreyfus sait plusieurs langues, crime ; on n’a trouvé chez lui aucun papier compromettant, crime ; il va parfois dans son pays d’origine, crime ; il est laborieux, il a le souci de tout savoir, crime ; il ne se trouble pas, crime ; il se trouble, crime. Et les naïvetés de rédaction, les formelles assertions dans le vide! On nous avait parlé de quatorze chefs d’accusation : nous n’en trouvons qu’une seule en fin de compte, celle du bordereau ; et nous apprenons même que les experts n’étaient pas d’accord, qu’un d’eux, M. Gobert, a été bousculé militairement, parce qu’il se permettait de ne pas conclure dans le sens désiré. On parlait aussi de vingt-trois officiers qui étaient venus accabler Dreyfus de leurs témoignages. Nous ignorons encore leurs interrogatoires, mais il est certain que tous ne l’avaient pas chargé ; et il est à remarquer, en outre, que tous appartenaient aux bureaux de la guerre. C’est un procès de famille, on est là entre soi, et il faut s’en souvenir : l’état-major a voulu le procès, l’a jugé, et il vient de le juger une seconde fois. Donc, il ne restait que le bordereau, sur lequel les experts ne s’étaient pas entendus. On raconte que, dans la chambre du conseil, les juges allaient naturellement acquitter. Et, dès lors, comme l’on comprend l’obstination désespérée avec laquelle, pour justifier la condamnation, on affirme aujourd’hui l’existence d’une pièce secrète, accablante, la pièce qu’on ne peut montrer, qui légitime tout, devant laquelle nous devons nous incliner, le bon Dieu invisible et inconnaissable ! Je la nie, cette pièce, je la nie de toute ma puissance ! Une pièce ridicule, oui, peut-être la pièce où il est question de petites femmes, et où il est parlé d’un certain D... qui devient trop exigeant : quelque mari sans doute trouvant qu’on ne lui payait pas sa femme assez cher. …… Le fameux dossier Picquart, dont il a été tant parlé, n’a jamais été que le dossier Billot, j’entends le dossier fait par un subordonné pour son ministre, le dossier qui doit exister encore au ministère de la Guerre. Les recherches durèrent de mai à septembre 1896, et ce qu’il faut affirmer bien haut, c’est que le général Gonse était convaincu de la culpabilité d’Esterhazy, c’est que le général de Boisdeffre et le général Billot ne mettaient pas en doute que le bordereau ne fût de l’écriture d’Esterhazy. L’enquête du lieutenant-colonel Picquart avait abouti à cette constatation certaine. Mais l’émoi était grand, car la condamnation d’Esterhazy entraînait inévitablement la révision du procès Dreyfus; et c’était ce que l’état-major ne voulait à aucun prix. Il dut y avoir là une minute psychologique pleine d’angoisse. Remarquez que le général Billot n’était compromis dans rien, il arrivait tout frais, il pouvait faire la vérité. Il n’osa pas, dans la terreur sans doute de l’opinion publique, certainement aussi dans la crainte de livrer tout l’état-major, le général de Boisdeffre, le général Gonse, sans compter les sous-ordres. Puis, ce ne fut là qu’une minute de combat entre sa conscience et ce qu’il croyait être l’intérêt militaire. Quand cette minute fut passée, il était déjà trop tard. Il s’était engagé, il était compromis. Et, depuis lors, sa responsabilité n’a fait que grandir, il a pris à sa charge le crime des autres, il est aussi coupable que les autres, il est plus coupable qu’eux, car il a été le maître de faire justice, et il n’a rien fait. Comprenez-vous cela ! Voici un an que le général Billot, que les généraux de Boisdeffre et Gonse savent que Dreyfus est innocent, et ils ont gardé pour eux cette effroyable chose ! Et ces gens-là dorment, et ils ont des femmes et des enfants qu’ils aiment …… « Dreyfus a été condamné pour crime de trahison par un conseil de guerre, il est donc coupable ; et nous, conseil de guerre, nous ne pouvons le déclarer innocent ; or nous savons que reconnaître la culpabilité d’Esterhazy, ce serait proclamer l’innocence de Dreyfus. » Rien ne pouvait les faire sortir de là. Ils ont rendu une sentence inique, qui à jamais pèsera sur nos conseils de guerre, qui entachera désormais de suspicion tous leurs arrêts. Le premier conseil de guerre a pu être inintelligent, le second est forcément criminel. Son excuse, je le répète, est que le chef suprême avait parlé, déclarant la chose jugée inattaquable, sainte et supérieure aux hommes, de sorte que des inférieurs ne pouvaient dire le contraire. On nous parle de l’honneur de l’armée, on veut que nous l’aimions, la respections. Ah! certes, oui, l’armée qui se lèverait à la première menace, qui défendrait la terre française, elle est tout le peuple, et nous n’avons pour elle que tendresse et respect. Mais il ne s’agit pas d’elle, dont nous voulons justement la dignité, dans notre besoin de justice. Il s’agit du sabre, le maître qu’on nous donnera demain peut-être. Et baiser dévotement la poignée du sabre, le dieu, non ! Je l’ai démontré d’autre part : l’affaire Dreyfus était l’affaire des bureaux de la guerre, un officier de l’état-major, dénoncé par ses camarades de l’état-major, condamné sous la pression des chefs de l’état-major. Encore une fois, il ne peut revenir innocent sans que tout l’état-major soit coupable. Aussi les bureaux, par tous les moyens imaginables, par des campagnes de presse, par des communications, par des influences, n’ont-ils couvert Esterhazy que pour perdre une seconde fois Dreyfus. Quel coup de balai le gouvernement républicain devrait donner dans cette jésuitière, ainsi que les appelle le général Billot lui-même ! Où est-il, le ministère vraiment fort et d’un patriotisme sage, qui osera tout y refondre et tout y renouveler ? Que de gens je connais qui, devant une guerre possible, tremblent d’angoisse, en sachant dans quelles mains est la défense nationale ! Et quel nid de basses intrigues, de commérages et de dilapidations, est devenu cet asile sacré, où se décide le sort de la patrie ! On s’épouvante devant le jour terrible que vient d’y jeter l’affaire Dreyfus, ce sacrifice humain d’un malheureux, d’un « sale juif » ! Ah ! tout ce qui s’est agité là de démence et de sottise, des imaginations folles, des pratiques de basse police, des m avec elle. on verra bien si l’on ne vient pas de préparer, pour plus tard, Mais cette lettre est longue, monsieur le Président, et il est temps de conclure. J’accuse le lieutenant-colonel du Paty de Clam d’avoir été l’ouvrier diabolique de l’erreur judiciaire, en inconscient, je veux le croire, et d’avoir ensuite défendu son oeuvre néfaste, depuis trois ans, par les machinations les plus saugrenues et les plus coupables. J’accuse le général Mercier de s’être rendu complice, tout au moins par faiblesse d’esprit, d’une des plus grandes iniquités du siècle. J’accuse le général Billot d’avoir eu entre les mains les preuves certaines de l’innocence de Dreyfus et de les avoir étouffées, de s’être rendu coupable de ce crime de lèse- humanité et de lèse-justice, dans un but politique et pour sauver l’état-major compromis. J’accuse le général de Boisdeffre et le général Gonse de s’être rendus complices du même crime, l’un sans doute par passion cléricale, l’autre peut-être par cet esprit de corps qui fait des bureaux de la guerre l’arche sainte, inattaquable. J’accuse le général de Pellieux et le commandant Ravary d’avoir fait une enquête scélérate, j’entends par là une enquête de la plus monstrueuse partialité, dont nous avons, dans le rapport du second, un impérissable monument de naïve audace. J’accuse les trois experts en écritures, les sieurs Belhomme, Varinard et Couard, d’avoir fait des rapports mensongers et frauduleux, à moins qu’un examen médical ne les déclare atteints d’une maladie de la vue et du jugement. J’accuse les bureaux de la guerre d’avoir mené dans la presse, particulièrement dans L’Éclair et dans L’Écho de Paris, une campagne abominable, pour égarer l’opinion et couvrir leur faute. J’accuse enfin le premier conseil de guerre d’avoir violé le droit, en condamnant un accusé sur une pièce restée secrète, et j’accuse le second conseil de guerre d’avoir couvert cette illégalité, par ordre, en commettant à son tour le crime juridique d’acquitter sciemment un coupable. En portant ces accusations, je n’ignore pas que je me mets sous le coup des articles 30 et 31 de la loi sur la presse du 29 juillet 1881, qui punit les délits de diffamation. Et c’est volontairement que je m’expose. Quant aux gens que j’accuse, je ne les connais pas, je ne les ai jamais vus, je n’ai contre eux ni rancune ni haine. Ils ne sont pour moi que des entités, des esprits de malfaisance sociale. Et l’acte que j’accomplis ici n’est qu’un moyen révolutionnaire pour hâter l’explosion de la vérité et de la justice. Je n’ai qu’une passion, celle de la lumière, au nom de l’humanité qui a tant souffert et qui a droit au bonheur. Ma protestation enflammée n’est que le cri de mon âme. Qu’on ose donc me traduire en cour d’assises et que l’enquête ait lieu au grand jour ! J’attends. Veuillez agréer, monsieur le Président, l’assurance de mon profond respect.


Date de sortie le Dimanche 11 Juillet 2021 - Total : 0€ - 30 derniers jours : 0€ (1er niveau : 10% - 2ème niveau : 40%)


(Cliquez ici pour obtenir toutes les informations dans une nouvelle fenêtre)



PRODUITS SIMILAIRES

SystemeIO :

  1. Tunnel optimisé pour gros affiliés
    Argent :: 16/09/2021 - Total : 0€ - 30 derniers jours : 0€ (1er niveau : 50% / 2ème niveau : 0%)

  2. 💸 Business Duplicator 💸
    Argent :: 16/09/2021 - Total : 0€ - 30 derniers jours : 0€ (1er niveau : 70% / 2ème niveau : 0%)

  3. GRATUIT: Ton business d'affiliation sur un plateau d'argent
    Templates :: 13/09/2021 - Total : 0€ - 30 derniers jours : 0€ (1er niveau : 40% / 2ème niveau : 0%)

  4. La Méditation
    Santé :: 04/09/2021 - Total : 0€ - 30 derniers jours : 0€ (1er niveau : 50% / 2ème niveau : 0%)

  5. Pack Business Duplicator
    Argent :: 01/09/2021 - Total : 0€ - 30 derniers jours : 0€ (1er niveau : 70% / 2ème niveau : 0%)

  6. Meilleures tactiques d'affiliation
    Argent :: 04/08/2021 - Total : 0€ - 30 derniers jours : 0€ (1er niveau : 40% / 2ème niveau : 10%)

  7. Blog Organisation
    Argent :: 02/08/2021 - Total : 0€ - 30 derniers jours : 0€ (1er niveau : 50% / 2ème niveau : 0%)

  8. 💥Pack Affiliation Guerrilla 💥
    Argent :: 04/07/2021 - Total : 1 011,34€ - 30 derniers jours : 43,37€ (1er niveau : 0% - 30% / 2ème niveau : 5%)

  9. Formation sur le marketing d'affiliation
    Argent :: 24/04/2021 - Total : 176,62€ - 30 derniers jours : 135,31€ (1er niveau : 30% / 2ème niveau : 5%)

  10. PLATE FORME ONLINE COACHING&FITNESS
    Produits Physiques :: 25/11/2020 - Total : 0€ - 30 derniers jours : 0€ (1er niveau : 11% / 2ème niveau : 0%)

  11. Champions never die-Coaching sport nutrition mental
    Santé :: 08/11/2020 - Total : 0€ - 30 derniers jours : 0€ (1er niveau : 50% / 2ème niveau : 0%)

  12. 7 Ebooks pour maîtriser l'AFFILIATION
    Produits Physiques :: 26/10/2020 - Total : 0€ - 30 derniers jours : 0€ (1er niveau : 30% / 2ème niveau : 0%)

  13. Consulting stratégie de communication business
    Services :: 29/09/2020 - Total : 0€ - 30 derniers jours : 0€ (1er niveau : 30% / 2ème niveau : 0%)

  14. Formules concordat familial
    Services :: 18/09/2020 - Total : 0€ - 30 derniers jours : 0€ (1er niveau : 10% / 2ème niveau : 5%)

  15. Secte Corda : Affiliation
    Services :: 05/09/2020 - Total : 0€ - 30 derniers jours : 0€ (1er niveau : 60% / 2ème niveau : 10%)

  16. Programme d'Affiliation Yochev Ohalim
    Services :: 22/07/2020 - Total : 1€ - 30 derniers jours : 0€ (1er niveau : 10% / 2ème niveau : 0%)

  17. L'enfant intérieur [Moshé Aaron]
    Santé :: 16/06/2020 - Total : 0€ - 30 derniers jours : 0€ (1er niveau : 40% / 2ème niveau : 0%)

  18. PROGRAMME DE COACHING ANTI BURN-OUT
    Services :: 04/05/2020 - Total : 0€ - 30 derniers jours : 0€ (1er niveau : 40% / 2ème niveau : 0%)

  19. Les Reines de l'Affiliation 💰
    Argent :: 17/01/2020 - Total : 79 560,78€ - 30 derniers jours : 2 646,22€ (1er niveau : 40% / 2ème niveau : 0%)

  20. 💰 Les Reines de la Formation 💰
    Argent :: 29/11/2019 - Total : 34 122,94€ - 30 derniers jours : 884,14€ (1er niveau : 30% / 2ème niveau : 0%)

1TPE :

  1. Affiliation
    Comment faire les meilleures affiliations ebook...
    Internet : webmaster :: 31/03/2017 - 2,50€ (50%)

  2. Snapchat Machine
    Formation snapchat ...
    Professionnels : marketing :: 13/09/2019 - 4,20€ (70%)

  3. Gagner De L'argent En Ligne Avec Click Bank
    Le guide de l'affiliation marketing...
    Argent-Travail : gagner de l'argent :: 20/08/2019 - 4€ (50%)

  4. Affiliationempire
    Vivre de ses revenus sur internet affiliation empire...
    Professionnels : marketing :: 20/10/2017 - 3,50€ (50%)

  5. Amazon Marketing
    Comment reussir a vendre sur amazon en affiliation...
    Professionnels : marketing :: 13/04/2017 - 13,50€ (50%)

  6. Happy Dco V3
    Booster votre rentabilite grace a la decoration...
    Maison : conseils :: 02/01/2020 - 48,50€ (50%)

  7. Sd Trading Academy
    Formation au trading...
    Argent-Travail : gagner de l'argent :: 17/04/2015 - 826,40€ (40%)

  8. Pack Halloween
    Pack halloween...
    Professionnels : marketing :: 25/08/2019 - 0€ (0%)

  9. Copy Pro
    Copywriting pro...
    Professionnels : marketing :: 18/05/2020 - 18,50€ (50%)

  10. Mail Machine
    Mail machine...
    Professionnels : marketing :: 24/08/2019 - 11,90€ (70%)

  11. Pinterest Growthhacking
    Comment avoir plus de vues pinterest growth hacking bonus avec l'affiliation...
    Professionnels : marketing :: 25/09/2020 - 60€ (30%)

  12. La Loi De L'attraction
    La loi de l'attraction...
    Professionnels : communication :: 08/03/2020 - 4€ (50%)

  13. La Puissance Chamanique.
    Un livre pdf d'initiation au chamanisme...
    Culture : esothérisme :: 24/04/2017 - 9,50€ (50%)

  14. Adopter Son Chien
    Les secrets d'une adoption reussie...
    Famille : animaux :: 17/01/2018 - 4€ (50%)

  15. Marketing Internet
    Niche navigator...
    Professionnels : marketing :: 05/02/2019 - 12€ (50%)

  16. Drum Kit Latino
    Pack d'echantillons de rythmes latino...
    Jeux-divertissements : musique :: 18/07/2018 - 10€ (50%)

  17. Affiliate Marketing Success
    Vivre de son business le marketing d'affiliation...
    Professionnels : marketing :: 16/10/2020 - 28,50€ (50%)

  18. Trading Motivation
    Decouvrez le trading ...
    Professionnels : marketing :: 29/04/2020 - 63€ (70%)

  19. Hacking Debutant - Black Hat Ackademy
    Formation de pentesting...
    Informatique : ordinateur :: 05/08/2018 - 22,80€ (40%)

  20. Devenir Coach
    Formation pour devenir coach...
    Professionnels : management :: 06/05/2015 - 48,50€ (50%)

Plans SystemeIO